Images et récits de trains d'ici et d'ailleurs
 

Quoi de neuf ?
Thèmes de France
La Suisse
L'Allemagne
Grande-Bretagne
Australie
Afrique du Sud
Liens
Qui suis-je ?
M'écrire
English version
Vous êtes sur le site d’un amoureux(1) des trains, sous toutes leurs formes. L'idée de ce site est de faire partager ma passion, en donnant à lire en même temps que des photos à regarder. Le but est que vous ayez parfois l'impression d'avoir fait ces voyages avec moi, pour ceux qui, pour des raisons diverses n'ont pas le loisir de les faire eux-mêmes, ou également de vous donner envie de visiter les mêmes lieux, voire de donner des idées de cadrage, ou d'autres renseignements pratiques, tels que moyens d'accès en transports publics, bonne adresse pour se restaurer ou dormir, etc...  J’essaierai donc, au fil du temps de vous faire partager mes trésors photographiques, d'abord les plus récents, pris directement en numérique, mais aussi ceux qui dorment parfois depuis plus de 20 ans, ainsi que des récits, descriptions ou réflexions que m’inspirent le chemin de fer. Cela ne prétend pas être exhaustif, tout au plus de faire découvrir ou rêver. Vous ne trouverez pas ici de descriptions techniques précises, d’autres le font mieux que moi.

Mise à jour du 4 juin 2008 : une nouvelle page sur la banlieue de Londres, incluant les derniers Eurostars sur lignes à 3ème rail. Mise à jour du 7 juin : ajout de pages sur le MOB et le BAM (Suisse)

La collection de photos ne proposera pas un choix par engin moteur, mais par ligne, région ou Pays, chose que j’ai rarement trouvé sur le net jusqu’à présent. Tout ceci représentant un travail considérable, il faudra d'abord se contenter d'un choix restreint, qui évoluera selon mon humeur, et surtout selon l'accueil qui en sera fait. ce ne sera bien entendu jamais exhaustif, et des liens choisis vous donneront d'autres opportunités de vous régaler de chemins de fer.
bullet

Quelques mots sur les acteurs de mes virées ferroviaires. En dehors de moi-même, un ami fidèle rencontré fin 1979, entré à la SNCF depuis, et qui partage la plupart de mes intérêts, qu'ils soient ferroviaires, gastronomiques ou tout simplement de voyage. Dans mes textes, le "nous" désigne en général lui et moi. Un autre compère, présenté par le premier cité, cheminot depuis toujours lui, est devenu mon beau-frère assez peu de temps après. Il est le compagnon d'autres folles équipées. Enfin, plus de 20 ans après, en 2002, j'ai posé une question sur un forum Internet américain relatif au simulateur Train Simulator de Microsoft, et la seule personne qui m'a répondu a été un Australien de 63ans, cheminot retraité des South Australian Railways (eh oui, je n'y peux rien, je collectionne les cheminots), avec qui je correspond depuis, sous forme d'e-mails qui sont des reportages de mes périples récents ou anciens. C'est lui qui m'a dit avoir l'impression de vivre les voyages avec moi, et cela m'a donné l'idée de la forme de site. La création de son propre site  www.johnnyspages.com a été l'élément déclencheur pour que je m'y mette à mon tour.

bullet

Vous pouvez bien entendu m'écrire par mail pour me dire tout ce que vous voulez, mais en particulier sur l'intérêt que vous avez trouvé dans ce site (si toutefois vous en avez trouvé ). Vous pouvez faire des suggestions ou des critiques à condition qu'elles soient constructives. Je ne répondrai pas aux mails agressifs, volontairement trop polémiques, ou écrit en style phonétique Internet, façon SMS, car j'aime trop la langue française pour ça.

bullet

Je suis particulièrement intéressé par vos avis sur les photos de ce site. Sauf exceptions signalées, toutes les photos de ce site sont mes propres photos. J'ai inclus dans ce site uniquement ce je pense être une sélection rigoureuse, à savoir des photos ne souffrant pas de défauts majeurs de compostions (trains coupés, avant ou arrière plan gênant, photos qui penchent, sujet sans intérêt, etc...), ni de défauts photographiques proprement dits (images floues, sur ou sous exposées, etc...). Toutefois certaines photos ont été incluses, qui ne répondent pas à ces critères, en général parce que j'ai estimé que leur intérêt (matériel ou gare disparue, situation rare, etc...) le justifiait néanmoins.
Quant aux diapos numérisées, leur qualité est variable : j'ai testé deux enseignes de magasins différentes, mais aucune ne m'a donné des résultats satisfaisants. La solution : un scanner à transparents, dédié aux diapositives et négatifs. J'ai pu en avoir l'usage pendant quelque temps, ça vaut l'investissement. Dans le but de mettre ne ligne des images de bonnes qualité, j'augmenterai progressivement leur taille, 800x600 à l'origine, 1024x768 ensuite, probablement davantage dans un avenir proche, ceci pour suivre l'évolution des résolutions d'écran.
 

bullet

Matériel photo utilisé et conseils. J'ai utilisé successivement depuis 1977 plusieurs reflex équipés au début de 50mm lumineux dits "objectifs standards", puis de zoom dits "trans-standards", genre 28-70 par exemple. Les 50mm se sont révélés les meilleurs objectifs que j'ai jamais eu en terme de piqué, mais les zooms ont fait de gros progrès et sont très pratiques lorsque le lieu de prise de vue empêche de prendre du recul ou de s'approcher. Attention tout de même aux focales excessives dans la spécialités "photos de train" : le grand angle donne des résultats surprenants en faisant apparaître les premiers plans plus gros qu'ils ne sont et les arrière-plans très éloignés, tandis que les longues focales tassent le sujet, donnant l'impression de raccourcir les trains. Dans le cas d'utilisation de téléobjectif pour saisir un train relativement éloigné, par exemple sur le versant opposé d'une vallée, attention au voile atmosphérique, que l'on ne voit généralement pas à l'oeil nu, mais qui est très gênant sur les photos. Enfin, garder à l'esprit que, finalement la photo ferroviaire est rarement de la photo d'art, mais plutôt de la photo documentaire : la photo de trains s'accommode mal de contre-jour. Préférer le soleil dans le dos, même si tous les livres de photo déclarent que cela produit des clichés banals. Avec une carte routière ou topo, il est facile de savoir de quel côté de la voie sera le soleil à une heure donnée et d'en tenir compte pour les prises de vue. Depuis que j'ai écrit ces lignes à la création de ce site, une merveille technologique est apparue, qui nous aide grandement dans nos préparations de prises de vue : Google Earth, et ses carte personnalisables et zoomables à volonté. On arrête pas el progrès.
En Septembre 2002, je fais l'acquisition d'un appareil photo numérique de 3Mpixels, compact et à visée reflex mais électronique, ce qu'on appelle un bridge. Il m'a redonné goût à la photo, facilitant les échanges sur le net et ne n'occasionnant  plus de frais de développement de films. Cet appareil m'a donné des centaines de clichés réussis, malgré ses limitations, principalement l'obligation de maintenir sous tension en appuyant sur le déclencheur au moins toutes les 30 sec., de faire la mise au point à l'avance et de se contenter d'une visée approximative. Le rendu d'un viseur électronique est difficile à expliquer par écrit, mieux vaut essayer de visu. En tout cas, mieux vaut ne pas regarder à nouveau dans le viseur d'un reflex argentique après, car on veut y revenir à tout prix. La sortie d'un reflex numérique amateur, sous la barrière des 1500 euros m'a fait sauter le pas à Noël 2003.

bullet

Enfin, à toutes fins utiles, quelques conseils pour les prises de vue de trains. Bien que non cheminot, je dirais avant tout NE PRENEZ PAS DE RISQUES ! Un bon cliché ne vaut pas votre vie. Restez dans le domaine public et vous serez en sécurité. En pénétrant dans les emprises du chemin de fer, vous risquez :
- de vous faire repérer et considérer comme un auteur potentiel d'actes de malveillance
- votre vie si vous n'entendez pas arriver un train que vous n'attendiez pas et que vous engagez le gabarit.
Enfin, les évolutions récentes du comportement de certains agents SNCF et de la SUGE (Surveillance Générale = police ferroviaire), liée entre autres au plan Vigipirate, m'incitent à vous conseiller tout simplement d'éviter les gares pour les prises de vues, afin de garder à notre loisir une certaine tranquillité d'esprit. Ceci s'applique bien entendu à la France, encore plus à l'Espagne, sans doute un peu à l'Italie. En revanche, à ce jour (octobre 2007), les gares allemandes, suisses, britanniques, et sans doute bien d'autres, sont accueillantes pour les photographes ferroviaires.

 

(1) Rassurez vous, j'aime aussi ma femme. Le choix du terme à utiliser a été le fruit d'une longue hésitation. On m'a dit que "ferrovipathe", avec sa terminaison en "pathe" faisait penser à une maladie mentale, qu'amateur voulait dire le contraire de sérieux,...etc. J'aurais pourtant préféré "amateur", dans le sens de "celui qui aime", comme dans "amateur éclairé".

 

Quoi de neuf ? Thèmes de France La Suisse L'Allemagne Grande-Bretagne Australie Afrique du Sud Liens Qui suis-je ? M'écrire English version