Images et récits de trains d'ici et d'ailleurs
 

Accueil Page du thème Le MOB (I) Le MOB (II) Le MOB (III)

Le Montreux Oberland Bernois (MOB)
aujourd'hui Golden Pass Services. Entre Léman et Oberland Bernois, l'itinéraire pastoral à travers les Préalpes
 


Août 2003

Commençons la visite naturellement par l'ouest, côté logique en venant de France. Montreux, tête de ligne du MOB, est desservi chaque heure, et dans chaque sens, par 2 trains directs et 1 régional. C'est donc sûr, on se trouve de l'autre côté du Léman. Un train direct est toujours en correspondance rapide à Lausanne à l'arrivée d'un des 4 TGV quotidiens arrivant de Paris.

1ère partie : Montreux Monbovon

Cliquez sur les images pour les agrandir.


 

Le MOB a son origine côté Ouest à Montreux, ville de festival de la riviera Vaudoise, dont la gare possède des voies de 3 écartements différents. Ceci est bien visible sur la photo de gauche, où se trouvent successivement, de gauche à droite, les voies CFF à écartement normal, puis les voies MOB, dont on aperçoit 2 rames pour le service périurbain de Montreux, ainsi que qu'une rame GoldenPass Panoramic à quai. Enfin à tout à droite, se trouve une automotrice à crémaillère et à voie de 80cm du chemin de fer des Rochers de Naye.
A droite par contre, une même rame des Rochers de Naye sort du tunnel qui achève sa descente depuis le sommet situé à 2042m, tandis qu'entre les  2 rames du MOB on voit la rampe qui débute juste après les dernières aiguilles, et qui n'est autre que la voie principale du MOB. Eh oui, pour monter de 395m (gare de Montreux) à 1113m (gare des Cases) en seulement 15,2km, il faut songer à grimper rapidement. La rampe atteint ici, dés la sortie de la gare, 65mm/m.

 

 

Sur cette autre vue de la gare de Montreux, la rame du Chocolat express, train bi-hebdomadaire Montreux Broc via la ligne des GFM avec voitures Pulmann à voie étroite des années 30, se met à quai.

Sur la voie qui se trouve sous un immeuble surplombant la gare, une ancienne automotrice à crémaillère des années 40 assure un service de renfort vers les Rochers de Naye. L'affluence sur cette ligne par beau temps entraîne sans délai la mise en marche de rames supplémentaires, selon les pratiques usuelles des chemins de fer à crémaillère.

 

 

La ligne du  MOB enchaîne ensuite plusieurs lacets qui la font s'élever rapidement à travers vignes et villas, tout en découvrant une vue de plus en plus large sur le lac Léman.

Vers le sud, dans l'échancrure de la vallée du Rhône, se découpent les bien nommées Dents du Midi.

 

 

A gauche, premier contact avec une superbe "4000" de 1968, qui descend sur Montreux en tête d'un régional venant de Zweisimmen, après avoir passé devant le château du Chatelard.

Ce château en plus d'offrir un belvédère sur le Léman et les Dents du Midi, possède une minuscule halte desservie principalement par les automotrices Staedler de la desserte périurbaine Montreux Chamby Les Avants. Mais ici, c'est un "Panoramique avec places VIP à l'avant" (finalement le MOB a réinventé le kiosque de conduite sur le toit, façon picasso) qui emmène sans arrêt ses touristes venus de tous horizons.

 

 

Peu de temps après le passage du "panoramique", une "Staedler" toute récente assure un service Chamby Montreux, et marque l'arrêt à la halte de Chatelard pour y prendre un voyageur.

 

 

Quelques courbes serrées plus loin, et un peu plus haut, on rejoint la gare de Chamby, origine d'une courte ligne qui permettait de rejoindre les CEV à Blonay, aujourd'hui sympathique train touristique exploité à la belle saison. toute une collection de matériels à vapeur ou électriques y est présenté en ordre de marche.

Plus haut encore, une rame tractée, assurant un régional Montreux Zweisimmen, franchit le viaduc en courbe des Chenaux, reconstruit dans les années 60.

 

 

 

Puis, au terme d'une ascension, le mot n'est pas trop fort, à travers vignes, prés et bois, arrive la charmante gare des Avants, station à la mode au début du XXe siècle, et dont la gare chalet annonce déjà l'ambiance montagnarde. Nous sommes à 972m, et un funiculaire juste à gauche des voies mène à Sonloup, charmant belvédère à plus de 1300m d'altitude.

Vient ensuite la dernière rampe, celle de 73mm/m, dans un décor sauvage au pied de la dent de Jaman, puis le tunnel du même nom, qui permet au MOB de déboucher dans la sauvage vallée de l'Hongrin, dans le canton de Fribourg, parsemée de rares fermes. La photo représente bien le fond de la vallée au débouché du tunnel, mais est prise en regardant vers Montreux, à bord d'une "4000" aux grandes fenêtres ouvrantes.

 

Encore une vue prise dans le sens inverse du récit, mais qui donne une idée du plaisir simple, mais immense, de voyager dans un train non panoramique, et non climatisé.

 

 

 

 

Puis, après avoir passé Allières, le train arrive à la petite station des Sciernes, desservie en arrêt facultatif, et après laquelle le train effectue une courbe serrée en pente sensible, dans une prairie dégagée.

La courbe dans la prairie offre en plus des opportunités de cadrage pour des trains dans les 2 directions. Ici, à droite, un régional Zweisimmen Montreux monte la rampe qui le mènera au tunnel de Jaman, à 1113m. la rame de 3 voitures est ici remorquée par une GDe 4/4 de la série 6000, de 1983, mais devenue assez rare en têe des trains de voyageurs, éclipsées par les Ge 4/4 8000 de 1995, bien plus puissantes (2000Kw au lieu de 1070).

 

 

 

Après une boucle presque complète, la ligne est descendue à 800m d'altitude, et après avoir franchi l'Hongrin, pénètre dans le dernier tunnel avant Monbovon.

 

 

 

Cette région est évidemment propice à de belles randonnées faciles, qui donnent à voir de fort belles fermes, au style radicalement différent des maisons de vignerons des coteaux du Léman ou des villas et immeubles de Montreux. Mais le style n'annonce pourtant pas celui des chalets du Pays d'Enhaut, dont le chef-lieu est Chateau d'Oex, pourtant à 15km au plus. Tout le charme de la Suisse est là : ici en terre Fribourgeoise, en Haute Gruyère pour être plus précis, et plus loin dans les Alpes Vaudoises.

 

 

 

Puis c'est l'arrivée à Monbovon, charmant village dont la gare est gérée par les Transports Publics Fribourgeois (TPF), ex GFM, et qui offre ici une correspondance vers Gruyères et Bulle.

Devant la gare de Monbovon, bien que situé le long de la route cantonale, un hôtel dont les chambres sont progressivement rénovées, peut servir de point de chute dans la région.

 

 

 

Ci-contre, croisement entre 2 trains MOB, mais pas de chance ce jour là, aucun train TPF à quai.

En regardant dans l'autre direction, on peut voir la bifurcation, MOB vers Montreux à gauche, et TPF dans la rue, vers Bulle, à droite.

 

 

La gare de Monbovon voit régulièrement des chargements de bois, qui sont effectués directement sur des wagons à voie normale montés sur trucks porteurs pour leur acheminement jusqu'à Bulle, où ils retrouvent la voie à écartement standard.

Tout comme les wagons surbaissés pour la route roulante, cette technique des trucks porteurs fait l'objet d'un consensus défavorable en France, allez savoir pourquoi ?

 

 

Pour continuer la visite du MOB, cliquer sur LE MOB EN 2004

 

Accueil Page du thème Le MOB (I) Le MOB (II) Le MOB (III)