Images et récits de trains d'ici et d'ailleurs
 

Accueil Page du thème Paris Dreux La rampe des Sauvages Le TGV "Vendée" Paris Laon Le seuil de Blaisy Région Lyonnaise Grandes lignes sur l'Est Esterel St Lazare Gr V Rambouillet Languedoc-Roussillon

La rampe des Sauvages
Quand une transversale se prend pour une ligne de montagne   

 

Entre Rhône et Saône d'une part, et Loire d'autre part, le passage n'est pas facile, les Monts du Lyonnais ne livrant aucune vallée qui se prêterait au transit. En 1868, on a donc construit une voie ferrée à double voie, élément de la relation transversale Lyon Nantes, mais aussi Lyon Bordeaux, extrêmement sinueuse et devant s'élever par une rampe de 26mm/m pour franchir le tunnel des Sauvages, situé sous le col routier du même nom. Le paysage bucolique, fait de prés et de forêts couronnant des croupes rondes, l'environnement très "chemin de fer classique" de la double voie non électrifiée et la présence d'engins très variés, dont les fameux CC 72000 et X 2800, font de la rampe des Sauvages en particulier, et de la ligne St Germain au Mont d'Or - Roanne en général, un terrain de choix pour les ferroviphiles.

28 Mai 2004

L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, dit-on. J'avais donc beaucoup d'avenir ce matin là, comme on peut le constater sur l'affichage de mon premier train de la journée.

Mais, un voyage dans une rame baptisée au nom de sa ville, cela ne se refuse pas.

Comme il se doit, s'ensuivit un voyage dans un TGV Duplex, peuplé de cadres aux ordinateurs portables dernier cri.

Sitôt descendu du TGV Duplex, une CC 72000 se fait entendre à Lyon Part Dieu : c'est bien le 4504 Grenoble Nantes qui va nous emmener jusqu'à Roanne.

Mais la correspondance à Part Dieu nous donne aussi l'occasion d'admirer la BB25236, merveilleusement maintenue en état et livrée d'origine.

 

Faute de trains desservant Tarare pour les lèves-tôt venus de Paris, le 4504 nous emmena jusqu'à Roanne, permettant un dernier repérage des "coins photos".

Coup de chance, une superbe rame composée de 2 vaillants X2800 encadrant 3 remorques, va assurer le TER 86619 à destination de Lyon.

Dans ce même TER, un coup d'oeil sur un bel exemple de "bifurcation à plat", celle du Coteau, où se séparent, à gauche la ligne des Sauvages vers St Germain au Mont d'Or (-Lyon), et à droite celle menant à St Etienne.

 

Bien sûr on allait pas louper une dernière occasion de voyager nez au vent dans le rugissement des deux moteurs MGO, comme un piqûre de rappel des voyages effectués à travers tout le Massif Central au début des années 80. A ne manquer sous aucun prétexte tant qu'il est encore temps.

A droite, c'est l'arrivée à Tarare, au superbe bâtiment voyageurs PLM très bien mis en valeur sans avoir dénaturé le style d'origine.


Bien sûr, le soleil est au plus haut et par conséquent l'éclairage un peu dur, mais elle a tout de même encore de l'allure la RTG du train 4580 Lyon-Perrache Bordeaux, ici sur le fameux viaduc de Tarare, déjà dans la rampe de 26mm/m menant au tunnel des Sauvages.
 

Le 4580 avait été précédé du 4516 Lyon Nantes derrière une majestueuse CC72000, et suivi par une belle rame homogène en bleu et blanc pour le TER 75715 Clermont-Fd Lyon. Par moment la "ligne des Sauvages" connaît une fréquence de passages de trains digne d'une grande ligne, mais quel variété de matériel thermique !

 


Au plus dur de la rampe, à guère plus de 2 Km de l'entrée du tunnel de faîte, le roi des diesels SNCF hisse la rame de 7 voitures du 4506 Lyon Nantes, certainement pas à plus de 60km/h. Cette photo pourrait représenter le symbole "des Sauvages"

 

A gauche, réminiscence du défunt Ventadour autrefois quotidien, le train périodique 4591 Bordeaux Grenoble via Brive et Clermont Ferrand descend la sinueuse rampe des Sauvages vers Tarare, tandis qu'à droite surgit, quasiment au même moment, le 4584 Lyon Bordeaux via Brive.

 

Retour à Tarare vers 17h00 : l'arrêt en gare du TER 72724, assuré avec la rame du 75715 vue le matin, revient logiquement de Lyon, se dirigeant sur Clermont-Fd.
Belle affluence pour les TER Rhone-Alpes (voire Auvergne lorsqu'il s'agit d'une liaison avec la ville au pied du Puy de Dome).

 


Mais la relève est là, sous la forme de deux X73500 pour le TER 86631Roanne Lyon. S'ils n'ont pas la musique fascinante du moteur MGO des X2800, ils n'en ont pas moins fière allure, les jeunots.
Les X73500 ne seraient normalement pas appelés à continuer leur service sur Lyon Roanne, où ils devraient être remplacés par les AGC* de Bombardier**. Affaire à suivre.
*AGC = Autorail à Grande Capacité. Ces autorails en cours de livraison seront des éléments articulés à trois ou quatre voitures, certains en bi mode diesel / électrique.
** Bombardier, constructeur ferroviaire Canadien, a été choisi pour fournir les AGC, qu'il fabriquera dans son usine de Crespin (Nord), ancien site des ANF (Aciéries du Nord de la France)


Bien sûr le soleil m'a joué en mauvais tour pour ce train très attendu, en jouant à cache-cache avec les nuages. Pouvais-je néanmoins ignorer cette photo ? J'ai pensé que non : cette RTG (5 ou 6 rames encore en service à la date du reportage, et au plus tard jusqu'en Décembre 2004) se laisse descendre vers Lyon au 4481 Bordeaux Lyon.

Trafic TER varié à Tarare :

A gauche le TER 86631 Roanne Lyon, déjà vu plus haut...

...et à droite le TER 86628 Lyon Roanne, qui m'a surpris, car en retard de plus de 20min, et assuré en RGP, ce que je n'attendais pas non plus.

 

Variété encore, des TER d'un soir de semaine :

A gauche le TER 75719 Clermont-Fd Lyon, en rame RRR (Auvergne ?), dont le confort est sans doute un peu juste pour une telle relation...

...et à droite le TER 86628 Lyon Roanne, assuré en rame ANF + corail derrière une BB 67400. Une vraie rame tractée comme on n'en verra sans doute plus dans un ou deux ans, lorsque les AGC auront été livrés.

 


Pour finir ce reportage en beauté, encore une imposante CC72000, en "robe de tous les jours" dirons-nous pour ne pas être désagréable, franchit Tarare sans arrêt et à pleine puissance pour affronter la rampe des Sauvages qui débute juste après la gare, au 4508 Lyon Orléans.

Conclusion : un beau panaché de matériels thermiques, parmi lesquels les plus prestigieux et recherchés par les ferroviphiles, dans un cadre presque montagneux, la rampe des Sauvages, cela vaut le détour. Malheureusement, l'annonce faite par la SNCF peu après ce reportage, de ne plus vouloir continuer l'exploitation de liaisons transversales par trop déficitaires, dont Lyon Nantes et Lyon Bordeaux, pourrait donner un côté "historique" aux photos de cette page Web, ce dont je me serais bien passé. Puisse une solution être trouvée pour assurer la pérennité de ces trains avant l'échéance (ultimatum) de Décembre 2004. Rien de tel ne dessine en tout cas au jour où j'écris ces lignes (Juillet 2004)

Accueil Page du thème Paris Dreux La rampe des Sauvages Le TGV "Vendée" Paris Laon Le seuil de Blaisy Région Lyonnaise Grandes lignes sur l'Est Esterel St Lazare Gr V Rambouillet Languedoc-Roussillon